Positions sexuelles acrobatiques

le .

C’est grâce à la libéralisation des mœurs ces dernières années que les attitudes par rapport au sexe ont changé. C’est maintenant bien différent de ce que nos grands-parents ont expérimenté, et cela a provoqué une grande demande d’informations. C’est vrai qu’il est important de rectifier les fausses conceptions, mais il faut aussi reconnaître que le sexe est aussi l’une des activités les plus épanouissantes pour l’homme.

Tout le monde ne peut pas pratiquer les positions sexuelles acrobatiques, car jouir tout en mobilisant les muscles pour l’effort n’est pas facile. Toutefois, si le couple a de bonnes conditions physiques, ces positions peuvent donner le maximum de plaisirs. Faire des positions sexuelles à contre-courant de l’anatomie fera vivre à l’homme et à la femme des sensations nouvelles, sportives et inédites.

Dans le Kama Sutra, il existe beaucoup de positions sexuelles acrobatiques.

Celui qui reste à la maison :

Cette position est dénommée de la sorte, car c’est la femme qui bouge son bassin tandis que l’homme suit ses mouvements en essayant de garder son sexe dans le vagin de sa partenaire, et c’est de-là qu’est venu le terme  » rester à la maison « .

La brouette :

Avec cette position sexuelle acrobatique, l’homme et la femme doivent participer activement. La femme se met en 4 pattes en plaçant ses avant-bras sur des coussins de part et d’autre de la tête. Elle offre donc à son partenaire une jolie vue de son corps redressé. L’homme est debout derrière elle, et il prend ses chevilles, soulève ses fesses et serre les cuisses de la femme contre ses hanches. Il doit se fléchir autant que possible pour une pénétration vigoureuse.

L’aurore boréale :

Pour cette position, la femme se met en position allongée sur le dos avec ses mains de part et d’autre de la tête et ses paumes vers le sol. Ensuite, elle relève ses coudes et soulève ses épaules ainsi que son bassin avec la tête en arrière et le buste arqué. Avec cette position cambrée, les pieds de la femme sont au sol tout comme ses mains et éventuellement sa tête. L’homme se met à genou sur des coussins devant la femme en soutenant ses hanches pour introduire son pénis dans le vagin de celle-ci.

Le marteau-piqueur :

La femme adopte la position de la chandelle verticale. Elle place sa tête en bas appuyée sur le haut du dos et les bras, ses mains se trouvent sous ses reins afin de les soutenir. L’homme se met à cheval entre les cuisses de sa partenaire. Pour aider cette dernière à maintenir cette position, il maintient ses jambes qui sont devant lui. Pour la pénétrer du haut en bas, il fléchit ses genoux légèrement.

L’étreinte du panda :

Afin de s’unir dans cette position sexuelle acrobatique, l’homme et la femme se mettent en position allongée sur le côté. Ils se font face, mais en tête-bêche, le visage de la femme se trouve donc devant les jambes de son partenaire et inversement. Elle enserre le bassin de l’homme et se fait pénétrer en se collant contre lui.

La culbute :

La femme est étendue sur le sol, et avec ses mains, elle maintient ses pieds le plus près possibles de sa tête de part et d’autre de celle-ci avec les fesses à peine soulevées. Son partenaire se trouve en face d’elle en position accroupie, et il introduit son sexe facilement et profondément dans son vagin.

L’arc-en-ciel :

La femme s’allonge sur le côté avec les jambes allongées, et l’homme se met entre ses cuisses, tête-bêche et jambes tendues. Maintenant, elle a une cuisse appuyée sur la hanche de son partenaire et l’autre jambe sur le lit. L’homme alors la pénètre les jambes serrées. Il replie son buste pour que ses mains s’agrippent aux épaules de sa partenaire afin de la maintenir et de la caresser. Elle empoigne les pieds ou les chevilles de son partenaire et les tire vers elle. Cette position est aussi connue sous le nom de  » l’arc bandé « , l’arc est représenté par l’homme, et la flèche par la femme.

La balançoire :

La femme se met au-dessus de l’homme en lui tournant le dos, l’homme qui est en position assise étend les jambes en les écartant légèrement, et il incline son buste vers l’arrière en prenant appui sur ses mains derrière lui, les bras sont à peine fléchis. Sa partenaire s’agenouille sur lui avec les jambes repliées de part et d’autre de ses cuisses, et elle guide avec la main le pénis vers l’entrée de son vagin.

Le grand écart :

La femme se met en position debout sur 2 chaises avec un pied sur chaque siège, elle tourne le dos à l’homme et écarte doucement les deux chaises l’une de l’autre pour que ses jambes s’écartent lentement, elles doivent former le plus grand angle possible. Dans cette position, plus l’écart est grand, plus la vulve est accessible par sa hauteur par rapport à celle du sexe de son partenaire et par sa position ainsi que son ouverture. Vu que le sexe de la femme est bien écartelé, elle offre un passage facile à la verge de l’homme.

L’artilleur :

L’homme met la femme en position assise au bord du lit, d’un tabouret ou d’une chaise. Il se met à genou sur un coussin avec le buste droit et la bouche à la hauteur de celle de sa partenaire, de la sorte, les deux sexes sont prêts à se rencontrer. Ensuite, il prend les jambes de la femme, les écarte et les met en appui sur ses épaules. Quand les jambes sont bien calées, il garde la femme dans cette position solidement en mettant un bras derrière sa tête. Elle entoure de ses bras le buste de son partenaire, et ce dernier oriente son sexe à l’entrée du vagin de la femme.

Tape-cul :

Cette position peut se faire sur le lit ou sol, et les deux partenaires se mettent face à face et allongent leurs jambes tout en les écartant. Pour avoir plus de confort, les jambes de la femme se trouvent au-dessus de celles de son partenaire, et son bassin se bascule légèrement vers le haut. Avec cette position, ils étendent leurs bras en avant jusqu’à ce que leurs doigts se rejoignent. En s’attirant l’un l’autre, ils rapprochent leurs fesses de manière à ce que leurs sexes se touchent et se pénètrent. Ils s’allongent ou se redressent alternativement, car ce sont les mouvements de balancement qui entraînent le va-et-vient. Si la femme y arrive, quand elle se redresse, elle peut soulever ses fesses afin que le sexe de son partenaire entre en profondeur dans son vagin qui est maintenant plus étroit.

La bête à deux têtes :

L’homme et la femme se mettent à contresens pour qu’il y ait seulement un contact de sexes, mais pas de contacts physiques. Quand les deux ne résistent plus au plaisir de les unir, l’homme qui est agenouillé et qui tourne le dos à sa campagne s’écarte de sa partenaire. Cette dernière s’étend sur le dos et place un coussin sous ses fesses pour faire rehausser son bassin. Elle peut se faire aider par ses mains pour soulever ses cuisses et ses jambes qu’elle maintient écartées au-dessus d’elle. Avec cette position, son sexe s’ouvre largement. Maintenant, elle repose ses bras sur le lit et détend son corps. Après, son partenaire revient vers elle en se déplaçant à 4 pattes en reculant et à l’aveuglette jusqu’à ce qu’il puisse attraper son sexe dressé. Alors que la femme le prend, l’homme allonge ses bras devant lui et met sa tête sur le lit comme un chat qui s’étire, ses pieds sont de part et d’autre du corps de la femme, et ses fesses sont redressées au-dessus d’elle. Alors, elle oriente le sexe de son partenaire sur sa vulve.

Il faut savoir que la créativité et le degré de confort de chaque couple définissent le choix de ces positions. Mais le plus important est de varier les sensations et les plaisirs et d’être créatif. Se lancer dans les positions sexuelles acrobatiques apporte diverses sensations très riches tout en stimulant la libido.

Photo : Mouk